Prendre soin de vous

Faciliter la communication et l’échange d’informations en toute confiance entre les professionnels de santé nous parait essentiel à la sécurité des soins et profitable à la gestion de votre temps. Nous pensons que la médecine de ville mérite une grande révolution de ses outils technologiques, de ses moyens de communication et de son système de facturation. BlockPill propose un nouveau paradigme dans lequel l’objet prescription est sous le contrôle du patient et devient l’objet commun de collaboration des professionnels de santé. BlockPill vous apporte des technologies qui vont bouleverser votre quotidien. 

01.

Etre informé facilement

Lors de votre consultation, vous pouvez modifier les traitements prescrits à votre patient. Ces modifications s’ajoutent à sa « chaine de prescriptions » et le « registre » de chaque participant à cette chaine est mis à jour automatiquement. Ainsi, l’ensemble des professionnels de santé qui prend en charge votre patient peut travailler sereinement sur la même prescription. Vous serez à votre tour informé de toute modification apportée à la « chaine » par l’un de vos confrères. Vous pouvez consulter l’historique de cette « chaine de prescriptions » pour faciliter votre choix thérapeutique. 

02.

Communiquer directement

Vous bénéficiez d’une plateforme de communication 100% sécurisée. Vous entrez en relation directe avec l’ensemble des professionnels de santé qui prend en charge votre patient. Vous ne perdez plus votre temps à tenter de joindre un confrère, même hospitalier et vos échanges, documents ou courriers sont entièrement privés et sécurisés.

03.

La sécurité en priorité

Notre technologie vérifie automatiquement l’adéquation entre la prescription du médecin et les médicaments délivrés par l’équipe pharmaceutique. Le processus est sécurisé de bout en bout. Vous êtes certain que votre patient reçoit les médicaments que vous lui avez prescrits. À la pharmacie, vous soulagez votre équipe des erreurs de délivrance. 

04.

Etre payé instantanément

L’équipe de BlockPill travaille à la mise en place d’un système de paiement innovant et fiable. La technologie des paiements par « smart contrats » que nous élaborons, vous permettra d’offrir un tiers-payant à tous vos patients sans inquiétude pour votre rémunération. Vous constaterez votre paiement instantanément. Les rejets de facturation ne seront bientôt plus qu’un vieux souvenir !  

Un fonctionnement simple

Dès lors que vous êtes membre du réseau de professionnels BlockPill, vous avez accès à toutes ses fonctionnalités.

Lors de la première consultation, votre patient vous ajoute à son réseau de professionnels de santé le prenant en charge, vous donnant accès à ses données*. Ainsi, vous pouvez consulter son historique médicamenteux et prescrire vos thérapeutiques en toute sécurité.

À la pharmacie, vous avez accès à la chaine de prescriptions de votre patient. Lors de votre acte de dispensation, BlockPill vous assure une concordance exacte avec la prescription. Votre délivrance est 100% sécurisée.

Dès la mise en place des « smart contrats » par BlockPill, chaque professionnel de santé pourra facturer son acte aux organismes payeurs sans aucune crainte de rejet.

*Chaine de prescriptions et historique.

Ce que disent les études

« On estime le nombre annuel d’hospitalisations dues à des effets indésirables de médicaments en France à 143 915, ce qui représente un taux d’incidence de 3,60%. Le nombre annuel moyen de journées d’hospitalisation dues à un effet indésirable médicamenteux est ainsi estimé à 1 480 885. »

Étude EMIR : Effets indésirables des Médicaments : Incidence et Risque, sur les hospitalisations liées à un effet indésirable médicamenteux. Coordination CRPV de Bordeaux. Décembre 2007

« Selon le «guichet erreurs médicamenteuses » de l’ANSM de juillet 2010, 8% des erreurs médicamenteuses signalées pour l’année 2009 représentent des erreurs de prescription, 12,0% des erreurs médicamenteuses signalées entre 2005 et 2008 représentent des erreurs de délivrance et 12,6% des erreurs de préparation. »

ANSM, Guichet erreurs médicamenteuses : bilan d’activité de l’année 2009. Juillet 2010

« Le « Institute of Medicine » a estimé que 1,5 million d’EIM évitables (i.e les Evénements Indésirables liés aux Médicaments) surviennent chaque année aux États-Unis et que plus de 7 000 décès de patients peuvent être liés à une écriture peu lisible et à des erreurs de prescription. »

« On constate une augmentation de l’efficacité après la mise en œuvre de la prescription électronique, principalement en raison de la réduction des formalités administratives et du nombre de problèmes à résoudre. »

Amber Porterfield, MS; Kate Engelbert, MS; Alberto Coustasse, DrPH, MD, MBA. Electronic Prescribing: Improving the Efficiency and Accuracy of Prescribing in the Ambulatory Care Setting; 2014

« L’étude Surescripts (….) a révélé une augmentation de 10 % des médicaments récupérés à la pharmacie lorsque la prescription est électronique par rapport aux ordonnances manuscrites. »

Surescripts. Study: E-prescribing Shown to Improve Outcomes and Save Healthcare System Billions of Dollars; 2012

Ce que disent les professionnels

« Aujourd’hui, un tiers du temps de travail des médecins est absorbé par des tâches administratives et des réunions. (…) Redonner aux médecins le temps médical est donc la première des priorités que doit porter toute réforme. »

Dr Patrick Bouet, Président du Conseil national de l’Ordre des médecins

 

« C’est quand même extraordinaire qu’on fasse dix à douze ans d’études pour qu’au final une partie de nos actions ne soit pas un travail de médecin. » Un médecin de Marseille*

« Le tiers payant risque de générer des difficultés de recouvrement d’honoraires avec les petites mutuelles. » Un médecin de Cayenne*

«Il y a une très mauvaise communication et coordination entre la ville et l’hôpital, générant une grande perte de temps ». Un médecin de Fort-de-France*

*Extrait de « La grande consultation », réalisée par l’Orde des médecins de septembre à décembre 2015.

«La gestion du tiers payant coûte entre 13246 euros et 28601 euros par pharmacie et par an, selon la valorisation du temps passé (préparateur ou pharmacien)*. »

« Une perte de temps face aux patients par la complexité et les changements croissants des droits, notamment de complémentaires santé et depuis l’arrivée de l’ACS* »

« Une augmentation du temps passé à la gestion des réclamations* ».

*Extrait de l’enquête de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), janvier 2017.